séance 5 : Des enquête pour aider à l'expertise

Séance 5 : Des enquêtes pour aider l’expertise : Le phénomène démocratique, Crozier, 1963

I/ Le contexte des années 1960

On passe d’une discipline de recherche à une discipline d’enseignement. La sociologie s’institutionnalise. Dans les années 60 la sociologie connait un succès au-delà du cercle des experts. Ce développement est dû à la banalisation des études supérieures. Cette époque correspond également au développement des études par contrat. La question de la dépendance ou de l’indépendance de la sociologie apparait à ce moment là. La sociologie, à partir des années 60, a une relation ambigüe avec la philosophie :

-                     Se dissocier de la philosophie

-                     Les « meilleurs » sociologues de l’époque viennent de formations philosophiques

Les sociologues portent un intérêt à la modernité, au changement. Il faut savoir jusqu’où les choses changent et si les choses ne restent pas les mêmes lorsqu’elles changent.

 

II/ Etudier les évolutions de la société française

A partir des années soixante les enquêtes sociologiques ont un nouvel objectif : aider à l’expertise, aider à résoudre un problème social, aider les décideurs à prendre des décisions politiques. Les années 50 et 60 sont marquées par la planification. C’est à partir de ces années que les hauts-fonctionnaires commencent à s’intéresser à la sociologie. Apparaissent alors de nouvelles questions : doit-on faire de la sociologie appliquée ? La sociologie est-elle vraiment indépendante de la politique ? Les contrats de recherche se développent. A partir de ces contrats de recherche on met en place un système de financement particulier (différent de celui des USA, de celui des pays de l’est, …). Ces sources de financements sont variées. Conséquences pratiques : orientation des méthodes d’enquête (quantitative) et découpage de la sociologie par spécialité (socio de l’éducation, socio urbaine, socio de la culture, …)

La sociologie ce met à étudier la stabilité et la continuité des phénomènes sociaux.

Il ya toujours eu un lien entre la sociologie et la politique. Ce lien peut prendre plusieurs formes :

-          Dans les années 50 il y a une relation ambivalente entre la sociologie et le parti communiste car le principal sujet de l’étude sociologique est la classe ouvrière.

-          Dans les années 60 la sociologie s’éloigne du PCF et la droite commence à s’intéresser à la sociologie.

Le rapport à la politique définit les objets de recherche et contribue aux carrières des sociologues.

Les contraintes sociales ont un poids sur notre existence : dénaturaliser le social :

-          Ind. : comportements déterminées

-          Années 60 : point de vue structuraliste

-          Ind. : rationalité limitée

 

-          D’autres auteurs ont démontré une rationalité relative (mouvements sociaux), étudier les changements de la société contemporaine

 

 

-          Rationalité inconsciente, faible : déterminisme qui pousse les gens à agir (Cf. Bourdieu)

 

-          Fin des années 60, années 70 : rationalité absolue : les individus agissent en comparant les coûts aux bénéfices (Cf. Boudon)

 

Dans les années 60 on assiste à une redéfinition de ce qu’est l’enquête sociologique. Dans les années 50 elle est principalement descriptive et est peu conceptualisée. Dans les années 60 c’est présenter un matériel empirique organisé autour d’un schéma d’analyses abstrait construit autour de quelques notions de base.

Beaucoup de sociologues de cette époque ont un point commun : ils analysent des relations sociales. Ils n’étudient pas un groupe en particulier mais les relations entre les groupes ou entre un groupe et une institution …

III/ L’enquête de Crozier et la sociologie du travail

Michel Crozier est né en 1922 dans la région parisienne, fils d’entrepreneur, diplômé d’HEC. Il commence sa carrière par plusieurs voyages aux États-Unis (la sociologie française s’est beaucoup inspirée de la sociologie américaine). Il s’engagea dans une participation active au club Jean Moulin (club de réflexion politique). Il participa également au club de la revue Esprit. Il se trouve à la convergence entre ses recherches dans l’administration et la volonté modernisatrice des hauts-fonctionnaires. Il a à faire à une génération marquée par des discours sur le management, les relations humaines, … Il est le premier sociologue français à étudier les employés. C’est l’un des fondateurs du magasine La sociologie du travail.

Il est évident pour tous les sociologues de l’époque que la société avait changé. Deux directions se développent alors :

-          Version angélique =  les changements sont bénéfiques

-          Version diaboliste = les changements apparents cachent un maintien des inégalités sociales

Alors que le nombre d’ouvrier était en augmentation, le nombre d’études concernant la classe ouvrière diminuait. Ce qui retient l’intention dans les années 60 ce sont les transformations internes de la classe ouvrière : la qualification des ouvriers augmente alors que leur encadrement diminue.

Les sociologues s’intéressent également à l‘agriculture.

On s’intéresse aussi, à l’époque, à la culture. Le ministère de la culture lance plusieurs contrats de recherche (les musées et leur public par exemple). Il s’agit de montrer le développement de la culture. Certains veulent montrer que la culture change et se développe. D’autres veulent montrer que les inégalités d’accès à la culture restent stables.

Le phénomène bureaucratique, Michel Crozier :

Selon Crozier le modèle bureaucratique correspond à une conception rigide de la rationalité de l’action. Les individus prennent toujours quelques libertés avec les règlements, ils n’appliquent jamais les procédures avec passivité. Crozier montre que l’existence de ces disfonctionnement est la raison d’être de ce système bureaucratique.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site